19
Nov
2014

Un livre magistral : Le capital au XXI siècle de Thomas Piketty

Thomas Piketty n'est pas seulement le plus brillant des économistes français, c'est l'un des économistes qui aura le plus bouleversé les dogmes de la pensée conservatrice mondiale de ces dernières années. Certes l'explosion récente des inégalités avait été analysée par d'autres économistes, mais personne n'avait replacé cette évolution dans une formidable synthèse historique et théorique appuyée sur une impressionnante reconstitution de données quantitatives.

L'oeuvre de Thomas Piketty renvoie aux ouvrages les plus fondamentaux de l'économie politique. Ce n'est pas un hasard si le « capital au XXI siècle » a connu un tel succès, en même temps que de virulentes critiques.

Par ses travaux et les conclusions qu'il en tire pour les politiques économiques, il s'inscrit incontestablement dans la lignée des grands économistes contemporains comme Stiglitz et Krugman. On ne peut que regretter qu'ils ne soient pas plus écoutés dans une Europe dominée par une pensée unique d'un autre âge.

Commentaire publié dans le Nouvel Observateur, 19 Novembre

Philippe Aghion, Elie Cohen, Gilbert Cette : «Changer de modèle », un ouvrage qui se trompe d'époque.

Cet ouvrage comporte des analyses et propositions intéressantes, publiées en partie en 2007 dans un rapport du Conseil d'Analyse Economique sur les leviers de la croissance à long terme. Il aurait pu utilement inspirer en 2007 un gouvernement en mal de recettes pour une politique de l'offre. Mais proposer aujourd'hui comme le firent en leur temps Blair et Schroeder d'adapter la Gauche à une mondialisation libérale, alors que celle-ci est allée dans le mur, c'est clairement se tromper d'époque. Quand la France et l'Europe s'enfoncent depuis 3 ans dans une dépression due à l'effondrement de la demande résultant des politiques massive d'austérité, répéter les recettes qui auraient pu être mise en œuvre dans la phase ascendante du cycle économique relève d'une étonnante myopie macroéconomique. Que cet ouvrage ait pu inspirer - au plus fort de la crise économique - la politique économique de gouvernements de gauche n'est pas rassurant.

Dans la suite de cette note, mon commentaire détaillé publié dans la Revue Socialiste de Novembre.

En savoir plus...

04
Nov
2014

Jeudi 30 octobre se tenait en commission élargie le débat sur le budget de la culture qui sera repris en séance le jeudi 6 novembre. Plaidant inlassablement depuis deux ans pour que le budget de la culture soit sanctuarisé comme le sont les budgets de l'éducation, de l'enseignement supérieur ou de la recherche, j'ai salué la stabilité globale du budget de la culture pour 2015 et souhaité que le gouvernement continue à initier et à soutenir de grands projets culturels.

C'est grâce à l'action publique que nous avons gardé un réseau de libraires, que la vitalité du cinéma français se maintien là où le cinéma européen s'est effondré, et que notre territoire continue à attirer les créateurs et les touristes du monde entier, bien au-delà de notre puissance économique. De même, si la création se perpétue dans le spectacle vivant, c'est grâce au soutien public à la création et à l'un des acquis fondamentaux de l'exception culturelle française : le régime de l'intermittence.

Parce que l'art constitue le ciment le plus fondamental d'une société, c'est un investissement encore plus indispensable en temps de crise. Jacques Lang ne disait pas autre chose dans un célèbre discours en 1982 : « il n'y aura de renaissance économique que si chacun de nos pays croit en l'avenir, est prêt à investir dans l'intelligence et l'imagination, croyant d'abord en lui-même avant de se soumettre à la fatalité de prétendues lois internationales ». 30 ans plus tard ce discours est toujours d'actualité.

Dans la suite de cette note, l'intégralité de mon intervention.

En savoir plus...

25
Oct
2014

« La voix est libre reçoit Pierre-Alain Muet. A 69 ans, le député socialiste est devenu une des figures emblématiques de ceux que l'on appelle « les frondeurs ». Grand spécialiste de l'économie, ancien conseiller de Lionel Jospin à Matignon, ancien professeur d'économie à Sciences Po Paris et à Polytechnique, il ne se reconnaît plus dans les choix du gouvernement Valls...

Sur le plateau de la Voix est Libre, Pierre-Alain Muet pourra s'expliquer sur cette fracture profonde qui est en train de faire imploser le Parti Socialiste, après une semaine sous tension marquée par le retour très critique de Martine Aubry et l'abstention de 39 députés socialistes sur le vote du budget. »

21
Oct
2014

J'ai voté la confiance au gouvernement le 16 septembre, mais j'avais indiqué que je voterai chaque texte en fonction de son contenu.

Ce n'est pas en appliquant le cocktail - même atténué - "baisse des dépenses / baisse du coût du travail", qui a conduit l'Europe dans la dépression et au bord de la déflation, que l'on peut sortir rapidement de la récession et convaincre nos partenaires européens de la nécessité de changer de politique.

Avec 12 Milliards € d'allègements sur les entreprises, mal calibrés, mal ciblés, dont l'impact sera au mieux lent à apparaître, et 21 Milliards € de coupes dans les dépenses publiques dont l'effet dépressif sera immédiat, le budget et la loi de financement de la sécurité sociale mettent en œuvre une politique inadaptée à la situation conjoncturelle de notre pays.

Au terme de 3 années de récession européenne, l'effondrement de la demande en France et en Europe atteint désormais le même niveau que lors de la récession qui suivit la crise financière. Cette situation appellerait en Europe la même politique économique que celle qui fut impulsée à l'échelle mondiale par le FMI en 2009 : une stimulation de l'investissement privé quand cela est possible, public dans tous les cas, comme je l'explique dans l'intervention ci-jointe lors du débat budgétaire (vidéo ci-dessous).

La politique économique lancée en début d'année avec le pacte de "responsabilité" dont la contrepartie est, aujourd'hui, la réduction d'un certain nombre de dépenses sociales, conduit en outre à une perte de repères, comme l'illustre le débat sur la baisse des allocations familiales.

Cette baisse n'aurait jamais été envisagée, comme d'ailleurs la forte réduction des dotations aux collectivités locales qui freinera leur investissement, si l'on avait calibré les allègements sur les entreprises à un montant raisonnable et non à 12 milliards. Substituer à cette baisse une modulation des allocations n'est guère plus satisfaisant.

C'est pourquoi malgré des aspects positifs sur la fiscalité des ménages et l'éducation, je me suis abstenu sur le vote du budget.

15
Oct
2014

Dans mon intervention sur le Projet de Loi de Finances, je suis revenu sur la situation dramatique de l'Europe, conséquence « des politiques erronées que les dirigeants européens s'entêtent à poursuivre, bien qu'il soit évident que ce sont des mauvais remèdes » comme le rappelait l'éditorial du New York Times du 17 août.

Ces mauvais remèdes sont un cocktail de politiques économiques faites de coupes massives dans les dépenses publiques, de baisses du coût du travail, et, dans les pays d'Europe du Sud, de baisses des salaires. Un cocktail qui a plongé l'Europe dans la dépression et dans la déflation. Cette politique est la négation de ce qu'a été l'Union européenne depuis sa création : une Europe qui grâce à la solidarité (notamment les fonds structurels) a toujours tiré vers le haut tous les pays qui la rejoignaient. C'est la première fois dans l'histoire, depuis les déflations des années trente, que l'Europe fait un ajustement par le bas qui est le contraire de ce qu'elle a su faire pendant plus d'un demi-siècle.

Dans la suite de cette note, le texte de mon intervention...

En savoir plus...

12
Oct
2014

Dans cet entretien avec Hubert Huertas et Laurent Mauduit de Médiapart, je plaide pour que le gouvernement de Manuel Valls mette en cohérence la politique nationale avec un diagnostic qui reconnaît - enfin - que la récession résulte de l'effondrement de la demande dû aux politiques massives d'austérité conduites dans l'ensemble de l'Europe.

 

 

Pierre-Alain Muet est tout le contraire d'un ultra. Très jeune, en 1983, il approuve le virage économique de François Mitterrand. À partir de 1997, il conseille Lionel Jospin à Matignon. En 2007, Pierre-Alain Muet soutient Ségolène Royal, et en 2012, après avoir travaillé avec Martine Aubry pendant la primaire, il rejoint François Hollande devenu « le » candidat. Autant dire que Muet est d'abord légitimiste.

Or ce social-démocrate, qui ne rêve que d'unité du PS et de la gauche en général, est devenu un « frondeur » malgré lui. Après avoir signé l'appel des 100 en faveur d'un changement de politique économique, il n'a pas voté le pacte de responsabilité, et pas davantage le budget de la Sécurité sociale. Et quand on lui demande s'il a soudainement viré à gauche, il répond que c'est le gouvernement qui est allé à droite.

Son diagnostic est implacable : « François Hollande a dit au mois d'août qu'il y a un problème de demande dans toute l'Europe, et que c'est la conséquence des politiques d'austérité conduites depuis plusieurs années. Très bien ! Mais il termine en disant : "Mais nous continuerons notre politique de l'offre." Il y a une divergence profonde entre le discours qu'il a tenu et la politique qui est conduite en France. »

02
Oct
2014

Retrouvez ci-dessous mon interview sur le budget et l'orientation de la politique économique, ce jeudi 2 octobre sur RFI.

01
Oct
2014

Vous pouvez écouter ci-dessous mon intervention à la Fête de la Rose des Landes sur la crise et la politique économique en France et en Europe.

 

 

Dans ce discours, je reprends le fil de la crise depuis son éclatement en 2008 jusqu'à aujourd'hui pour expliquer que le programme sur lequel nous avons été élus était le bon chemin pour répondre à la crise. Et s'il fallait y ajouter une mesure raisonnable sur la compétitivité, il n'y avait aucune raison de programmer 41 milliards d'allègements, mal calibrés, mal ciblés, mal évalués, obligeant à faire une politique d'austérité avec 50 milliards de réduction des dépenses sur 3 ans. Une politique qui reproduit le cocktail – baisse des dépenses/baisse du coût du travail – qui a plongé l'Europe dans la récession et au bord de la déflation.

Face à l'effondrement de la demande, il fallait revenir à l'objectif d'inverser rapidement la courbe du chômage en agissant sur l'apprentissage et sur les emplois d'avenir.

En conclusion, j'invite les socialistes à ne pas se tromper d'époque. « La modernité du socialisme, ce n'est pas Blair et Schroeder. La modernité du socialisme, ce n'est pas d'adapter notre idéal de solidarité à une mondialisation libérale qui a échoué. Ce sont les inégalités qui ont engendré les dérives financières qui ont conduit à la crise. Ce sont les égoïsmes nationaux qui ont conduit à la crise de la zone Euro. Alors n'ayons pas peur, nous, socialistes, de ce que nous sommes. Car le principe de solidarité que nous portons depuis toujours est la seule et la vraie réponse à la crise d'aujourd'hui. »

19
Sep
2014

J'ai développé sur TLM mon analyse de la situation économique et politique.

Lors de son interview dans le Monde le 20 Août, le président de la république a marqué un tournant dans son analyse de la situation économique en reconnaissant que « le diagnostic est implacable : il y a un problème de demande dans toute l'Europe... C'est essentiellement dû aux politiques d'austérité menées depuis plusieurs années ». S'il a demandé qu'il y ait un changement de politique économique en Europe, il a réaffirmé son souhait de continuer dans notre pays une politique de l'offre.

Or, on ne sort jamais d'une récession par une politique de l'offre pour la bonne raison qu'une récession, c'est toujours la conséquence d'un ralentissement ou d'une baisse de la demande. Et là, ce n'est pas un ralentissement, c'est un effondrement de la demande dans tous les pays européens. Certes, il fallait prendre des mesures pour la compétitivité, mais les 20 milliards du CICE étaient largement suffisant. Faire 41 Milliards d'allègements sur les entreprises et les financer par une réduction massive des dépenses publiques, c'est incohérent dans la conjoncture actuelle.

Ce cocktail - baisse du coût du travail et coupes massives dans les dépense publiques - qui peut à la rigueur réduire les déficits publics et redresser la compétitivité quand un pays est seul à le faire - a finalement conduit l'Europe dans la dépression et au bord de la déflation. Le résultat est que l'on rate les 3 cibles que l'on se fixait : le chômage augmente, le déficit public ne se réduit pas, l'impact sur le déficit extérieur est très faible et comme on approche de la déflation, la dette explose. C'est la réplique 80 ans plus tard de ce qui s'était déjà passé dans les années 30 avec les politiques de déflation en Europe.

 

16
Sep
2014

J'ai voté la confiance au gouvernement car il s'agit d'un vote qui porte sur l'ensemble de la politique du gouvernement et qui, pour moi, traduit l'appartenance à une majorité. Par ailleurs, le discours de politique générale du premier ministre était, comme je le souhaitais, « rassembleur ». Ce vote positif n'arrête pas pour autant le débat sur la politique économique au sein de la majorité.

Ci-joint, mon intervention sur LCI à la suite du vote :

 

 

Page 12 sur 58