27
Aoû
2017

La nuit de l’accident de Lady Di, il y a 20 ans, Pierre-Alain Muet était en faction à Matignon. Pour la première fois, il relate ses souvenirs de ces instants de crise, dont il a consigné la chronique dans le cahier de permanence.

Par Francis Brochet - 27 août 2017 (Progrès de Lyon et quotidiens régionaux du grand est)

Le cahier de permanence de Matignon du dimanche 21 août, ici reproduit - Photo DR

« 1 h 30 Le cabinet du préfet m’informe de l’accident grave survenu à l’Alma à Lady Diana. » Nous sommes la nuit du samedi 30 au dimanche 31 août 1997. Pierre-Alain Muet, conseiller économique du Premier ministre Lionel Jospin, écrit ces lignes dans le cahier de permanence de Matignon. Les premières d’une très longue nuit... Le conseiller avait commencé à s’assoupir, dans l’appartement de la rue Vanneau, près de Matignon, mis à disposition du permanencier.

La gestion du débarquement d’un commando d’indépendantistes d’Anjouan à Mayotte avait déjà bien occupé sa soirée. Et sa première réaction, après la nouvelle de l’accident de l’Alma, est de retourner se coucher. Son épouse, Simone Muet, l’en dissuade aussitôt : responsable de la communication internationale chez France Telecom, elle a saisi le caractère exceptionnel de l’information. « Diana était une icône, ça ne pouvait pas être qu’un accident de la circulation ! »

300 ou 400 coups de téléphone

Pierre-Alain Muet dispose d’un premier bilan de santé de la blessée, qu’il consigne dans le cahier : « Traumatisme crânien, coma vigile, fracture de l’épaule et du bras droit. Traumatisme thoracique et abdominal ». L’accident est survenu à 0 h 25. À 0 h 27, Samu et pompiers de Paris ont été prévenus. Ils ont constaté la mort de Dodi Al-Fayed, le compagnon de la princesse, puis celle du chauffeur. L’état de Lady Diana est si grave qu’ils décident de la soigner sur place.

Elle sera transférée à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière une heure plus tard. À 1 h 40, le ministre de l’Intérieur Jean-Pierre Chevènement se rend à l’hôpital. Il y est rejoint par l’ambassadeur de Grande-Bretagne, Michael Jay, qui a prévenu son gouvernement et Buckingham Palace. Le permanencier de Matignon en informe son homologue de l’Intérieur. « J’ai dû passer et recevoir 300, 400 coups de téléphone dans la nuit », se souvient Pierre-Alain Muet.

« Je vois encore Pierre-Alain avec son pantalon à moitié enfilé, sourit Simone Muet. Je crois qu’il n’a pas pu finir de s’habiller de la nuit. » Le téléphone mobile est alors peu répandu. À son bureau de permanence, Pierre-Alain Muet a devant lui deux téléphones fixes : l’interministériel, et celui relié aux standardistes de Matignon (« des professionnels extraordinaires » ). Les deux ne cessent de sonner, lui laissant à peine le temps de consigner les événements les plus importants dans le cahier de permanence. « Je n’avais pas le temps de prendre du recul, raconte le conseiller. J’étais informé de tout, je validais, je tranchais. J’ai dû décider du nombre de Gardes républicains, quand le protocole hésitait... Et j’ai vérifié cette nuit-là que la machine administrative française fonctionne admirablement. »

En savoir plus...

04
Juil
2017

A l’occasion des 20 ans du Conseil d’Analyse économique, le CAE a organisé un débat sur le thème « les économistes dans la cité »  et publié sous le même titre une note traitant des relations entre les économistes universitaires, le monde de la décision publique et celui des médias... Ce fut l’occasion pour moi de réagir sur les propositions de la note et d’évoquer les idées qui ont conduit à la création du CAE, dès les premiers  jours du gouvernement de Lionel Jospin.

J’ai notamment insisté sur l’importance du pluralisme des idées et des opinions, car ce que les politiques attendent, ce n’est pas des propositions clefs en main, mais un éclairage sur les différents points de vue et les différentes options possibles.

Dans la suite, le texte de mon intervention :

 

En savoir plus...

26
Jui
2017

Ce site a été créé en 2007 lors de mon élection comme député de la 2ème circonscription de Lyon. Je continuerai à y publier régulièrement des chroniques de politique économique.

Après 16 ans de vie publique à Lyon, c’est avec beaucoup d’émotion que  j’ai retrouvé le 26 juin autour du verre de l’amitié tous ceux qui ont marqué ces années d’adjoint au maire de Lyon et de député .

Ci-joint, le discours prononcé à cette occasion

 

En savoir plus...

08
Jui
2017

 

 

En 2007, vous m’avez élu député de la 2ème circonscription, avec Nathalie Perrin-Gilbert comme suppléante, puis réélu en 2012.

Pour poursuivre l’action que j’ai menée avec votre soutien, je vous appelle à voter dimanche 11 juin pour une députée dont la voix comptera à l’Assemblée nationale : Nathalie Perrin-Gilbert.

Son action comme maire d’arrondissement témoigne de son courage, de son écoute et de convictions profondément ancrées dans les valeurs de la gauche. Des valeurs qu’elle met en œuvre au quotidien dans son action pour le droit au logement, le droit à la culture, le droit à l’éducation ou encore ce droit fondamental de notre République qu’est le droit d’asile.

Face à un gouvernement qui reproduit le pire travers de la Vème République en espérant une  majorité soumise pour faire passer par ordonnance le démantèlement du code du travail, nous avons besoin d’une Assemblée nationale qui exerce pleinement son rôle.

Parce qu’elle fera entendre à l’Assemblée nationale une parole libre, une parole forte, une parole de gauche ; parce qu’elle seule peut rassembler la gauche au 2ème tour et la porter à la victoire, je vous invite à voter dès le premier tour pour Nathalie Perrin-Gilbert.

Vous trouverez également ci-joint l’appel que nous avons lancé avec Jean-Jack Queyranne, Charles Fiterman et 40 premiers signataires pour soutenir la candidature de Nathalie Perrin-Gilbert.

Pdf: Les socialistes appellent à voter NPG

10
Mai
2017

Retrouvez ci-dessous l'appel pour refonder la politique en France, que j'ai signé aux côtés d'Anne Hidalgo, Christiane Taubira, Martine Aubry et 200 personnalités politiques, intellectuelles et artistiques.

 TRIBUNE. Comme un certain nombre de grandes démocraties dans le monde, l'Europe et la France sont menacées par le face-à-face entre ceux qui prônent la dérégulation et ceux qui misent sur la démagogie pour renverser la table. Elus et citoyens européens engagés, nous croyons qu'un autre avenir est possible et qu'il s'invente déjà, dans la fidélité à nos idéaux, au cœur de nos territoires ; nous croyons que la société est capable de donner naissance à une vision nouvelle et à un projet commun ; nous croyons qu'elle seule peut faire émerger le sens qui rassemble et permet de mieux vivre ensemble.

En savoir plus...

04
Mai
2017

Dimanche 7 mai, comme je l’ai annoncé dès les résultats connus du premier tour, je voterai pour Emmanuel Macron.

Il ne s’agit nullement d’un soutien à son projet, qui reprend des propositions auxquelles je me suis toujours opposé comme la Loi travail et, dans le mandat précédent, les exonérations de cotisations aux heures supplémentaires ou la hausse de la CSG qui rendrait notre imposition des revenus encore plus injuste.

Je voterai pourtant Emmanuel Macron sans hésiter, car si nous avons des divergences sur la politique économique et sociale, nous partageons les mêmes valeurs : celles de la République. Et je ne confonds pas un adversaire politique et une ennemie de la République.

Demain, ces valeurs de la République – liberté, égalité, fraternité – pourraient être piétinées par le projet xénophobe et populiste de Marine Le Pen, comme le montrent les pratiques des municipalités dirigées par le Front National.

Demain, notre protection sociale et notre économie seraient mises mal par la démagogie d’un parti qui laisse croire qu’il serait possible sans coût exorbitant de sortir de l’Europe et de l’Euro et qu’un repli nationaliste résoudrait nos problèmes.

Le débat de mercredi soir a montré les mensonges et l’inconsistance d’une candidate qui rabaisse le débat politique à une succession d’invectives.

J’ai conscience de la déception de celles et de ceux qui, comme moi, se sont mobilisés pour un autre candidat que ceux présents au 2ème tour. Mais faire battre Marine le Pen n’est pas donner un blanc-seing au programme d’Emmanuel Macron, c’est le moyen de défendre l’essentiel.

Comme l’exprimait Jean-Luc Mélenchon appelant à voter Jacques Chirac contre Jean-Marie Le Pen en 2002 : « Quelle conscience de Gauche peut compter sur le voisin pour sauvegarder l’essentiel... Ne pas faire son devoir républicain en raison de la nausée que nous donne le moyen d’action, c’est prendre un risque collectif sans commune mesure avec l’inconvénient individuel ». Emmanuel Macron serait-il moins respectable que Jacques Chirac pour un électeur de gauche ?

C’est aux élections législatives qu’il appartiendra de définir la ligne politique majoritaire de la prochaine législature. Je souhaite que la gauche se rassemble et j’agirai pour que ce soit le cas dans notre circonscription.

Dimanche, chaque bulletin blanc, chaque abstention, chaque voix qui manquera à Emmanuel Macron donnera d’autant plus de poids au Front National.

C’est pourquoi j’appelle à voter Emmanuel Macron pour faire barrage au Front national.

19
Avr
2017

Parce qu'avec le projet de traité, il remet la démocratie et la solidarité au cœur de l'Europe ;

Parce qu'il porte des réformes économiques et sociales décisives pour l'avenir et directement applicables ;

Parce qu'il porte un projet résolument écologique ;

Parce qu'il porte les valeurs socialistes auxquelles je suis profondément attaché ;

Je voterai dimanche 23 avril pour Benoît Hamon.

14
Avr
2017

Si l'Europe continue d'apparaître lointaine, technocratique et libérale, elle disparaîtra du cœur des Européens. Pour tourner la page des politiques d'austérité qui ont plongé l'Europe dans la récession et remettre au cœur des politiques européennes la solidarité qui a tant manqué ces dernières années, Benoît Hamon propose de démocratiser l'Union monétaire avec notamment la création d'une assemblée parlementaire de la zone euro.

Cette assemblée comportera des députés européens mais aussi des députés nationaux. Comme je l'ai souvent exprimé sur ce site, cette assemblée de la zone euro qui doit débattre de l'orientation des politiques budgétaires doit nécessairement impliquer les Parlements nationaux dont c'est la prérogative essentielle.

Dans la suite de cette note, la tribune du Monde signée par 114 parlementaires.

En savoir plus...

13
Avr
2017

Les ministres de Bercy présentaient ce mercredi 12 avril en Commission des Finances le programme de stabilité que le gouvernement transmet à la commission pour la période 2017-2020. Construit par principe sur le respect des règles budgétaires européennes qui imposent la poursuite d'une politique d'austérité jusqu'au retour à l'équilibre structurel des comptes publics, ce programme de stabilité montre au contraire l'absurdité de cette règle d'équilibre budgétaire et la pertinence d'une autre politique.

Une règle budgétaire qui perpétue pendant 5 ans la sous-utilisation des capacités de production et le déficit de demande

Alors que notre économie est clairement dans une situation d'insuffisance de la demande et de sous-utilisation des capacités de production en 2017, ce que traduit l'écart de 3 % à la production potentielle (output gap) retenu par le ministère des finances, la poursuite d'une politique d'austérité maintient ce déséquilibre pratiquement au même niveau jusqu'en 2020.

Comme le souligne le Haut Conseil des Finances publiques, « un écart de production négatif sur une période de plus de 12 ans manque de cohérence... une sous-utilisation aussi durable des facteurs de production ne s'accorde pas avec l'accélération de l'investissement et de l'inflation retenue dans le scénario du gouvernement».

Le scénario gouvernemental décrit une croissance de 1,6 % par an, une inflation qui reste faible, un déficit structurel qui s'annule en fin de période, mais un déficit conjoncturel qui ne baisse pas et une dette qui se réduit peu (elle passe de 96 % du PIB en 2017 à 93,1 % en 2020).

Bref, comme je l'exprime dans mon intervention (vidéo ci-dessous), cette situation appelle un relâchement de la contrainte budgétaire qui réduise le déséquilibre entre l'offre et la demande, accentue la croissance et les créations d'emploi au prix d'une augmentation transitoire du déficit. C'est ce que propose Benoît Hamon dans son programme économique.

 

13
Avr
2017

Pour évaluer l'impact du programme économique de Benoît Hamon, on part - comme il est d'usage dans les instituts de conjoncture - d'une croissance de référence à politique budgétaire neutre, c'est-à-dire où le taux de prélèvement obligatoire est constant et les dépenses augmentent au rythme de la croissance potentielle initiale (1,3 %). Cette croissance potentielle initiale de 1,3 % est celle qui est habituellement retenue par les instituts de conjoncture ou les institutions internationales. En raison de l'excès d'offre initial (output gap de 2,9 %) la croissance de référence (à politique budgétaire neutre), égale à 1,6 % par an, est spontanément supérieure à la croissance potentielle initiale. Elle est identique à la croissance du programme de stabilité bien qu'ayant un contenu différent.

Notre analyse distingue l'impact des politiques d'offre et de demande. Elle s'appuie sur les effets multiplicateurs des modèles connus (OFCE, FMI).

Du côté de l'offre, l'impact des mesures concernant l'investissement l'innovation et la recherche augmente légèrement la croissance potentielle à partir de 2020 qui atteint 1,5 % à partir de 2020.

Du côté de la demande, la mise en oeuvre dès 2018 de la réforme fiscale intégrant le revenu universel stimule fortement le PIB en 2018-2019, de plus de ¾ de points par an au cours des 2 années. La croissance atteint respectivement 2,4 % en 2018 et 2,5 % en 2019 et le déficit des finances publiques se creuse transitoirement (3,5 % en 2018 et 3,2 % en 2019). L'effet de la relance s'atténue ensuite et le relais est pris par l'impact des politiques structurelles qui augmentent la croissance potentielle à partir de 2020.

Compte tenu du niveau initial de dette (proche de 100 % du PIB), la croissance nominale supérieure au déficit des finances publiques réduit de façon continue la dette en % du PIB sur toute la période (elle passe de 96,2 % en 2017 à 91,9 % en 2022). Du fait d'une croissance nominale plus forte que dans le programme de stabilité, la dette se réduit dans les mêmes proportions, malgré un déficit public supérieur.

Cette politique économique conduit non seulement à résorber le déficit de demande à la fin du quinquennat mais également à une très forte diminution du chômage dont le taux passe en dessous de 6 % en 2022 au lieu de 9,2 % aujourd'hui.

Plutôt que s'en remettre à des règles automatiques qui ont conduit à la récession des années 2012-2014, les pays de l'union monétaire seraient bien inspirés de mettre en place des politiques économiques adaptées à la situation conjoncturelle. Mais pour cela il faut corriger le déficit démocratique de l'union monétaire. C'est aussi une des propositions de Benoît Hamon.

CaptureGraphRevenuUniversel

 

La suite de la note compare de façon détaillée l’impact de la politique de relance de Benoît Hamon comparativement au scénario d’une politique budgétaire neutre.

En savoir plus...

Page 3 sur 58